franchement, tu

compagnie de théâtre contemporain

direction artistique : Nicolas Kerszenbaum

SPECTACLES

SWANN S'INCLINA POLIMENT.

DEFAITE DES MAÎTRES ET POSSESSEURS

NOUVEAU HÉROS

LE LAIT ET LE MIEL

- 2014 -

NOUVEAU HÉROS

- 2013 -

A L'INTÉRIEUR

ET SOUS LA PEAU

- 2012 -

SODA

- 2012 -

LE RESPECT S'ÉTENDRA DEVANT NOUS COMME UN TAPIS DE VELOURS SUR LEQUEL NOUS MARCHERONS PIEDS NUS SANS NOUS BLESSER.

- 2007 -

DANS LA PRESSE - EXTRAITS

SWANN S'INCLINA POLIMENT

Dans une très belle atmosphère feutrée, sur fond d’orchidées et autres fleurs érotiques, "Swann s’inclina poliment" pose un regard théâtral bien intéressant sur l’oeuvre de Proust. L’adaptation, plutôt fidèle au texte, est fort réussie, mais au-delà du plaisir romanesque qu’il procure, ce spectacle offre une réflexion originale sur un des grands thèmes proustiens : le jeu social et la question (bourdieusienne avant l’heure), de la distinction.

LEMONDE.FR

Une mini-comédie musicale chic et triste qu’aurait pu signer Christophe Honoré. L’ensemble est foutraque, hétéroclite, moderne. Les acteurs chantent, dansent et jouent à la perfection.

UN FAUTEUIL POUR L'ORCHESTRE

Nicolas Kerszenbaum ne dépoussière pas Du côté de chez Swann, qui n'en a pas besoin, mais il en avive les angles et en révèle certaines facettes. Une relecture audacieuse et passionnante du chef-d'oeuvre de Proust.

S’emparant avec virtuosité et malice de l’œuvre féconde de Proust, Nicolas Kerszenbaum nous invite à une variation contemporaine et pop du premier volume de son roman monstre et signe une satire fascinante de cette comédie douce-amère qu’est la vie. Conquis par cette partition aigre-douce, cette petite comédie du monde si cher à Proust, à l’instar des protagonistes, on aimerait entendre encore longtemps cette petite sonate de Vinteuil, si belle, si cruelle, à mordre encore dans cette madeleine exquise, à se laisser avoir par ce pastiche si réussi de la vie. Bravo ! 

Il y a là une belle tentative de retrouver un monde disparu. Un spectacle comme celui-là rappelle à chacun le droit aux larmes, à l’amour, à l’inutile.

THÉÂTRORAMA

Allez voir cette adaptation, où Proust n’a jamais été aussi gai et léger.

LES 5 PIECES

Quelle belle peinture du dépit amoureux : intelligence et finesse dans le jeu, nu merveilleusement amené, instants intenses apaisés par des plages musicales.

LE SOUFFLEUR.NET

THEATRAL MAGAZINE

Une expérience qui interpelle et secoue, et qui, forte de ses riches dialogues et des justes jeux d’acteurs, réactualise les interrogations amoureuses qui jalonnent l’histoire des hommes : aimer ou être aimé ?

UNTITLED MAGAZINE

Si les rapports de classe, les ambitions, les transfuges sont observés et dépeints avec une pertinente vivacité, c’est dans les affaires du cœur que Swann s’inclina poliment touche au plus juste. Le besoin d’amour taraude tous les protagonistes. Swann s’inclina poliment est le requiem en mode mineur de nos illusions perdues.  

MEDIAPART

Hybridant chair, verbe et musique, les comédiens dispensent efficacement cette partition atypique qui constitue une intelligente et passionnante déclinaison de l'oeuvre de Proust.

FROGGY'S DELIGHT

Modernisée, la prose proustienne nous parvient dans toute sa beauté et son intelligence.

 

LA TERRASSE

PIANOPANIER.COM

Coup de coeur.

THEATREONLINE.COM

Cette production originale réussit son pari de nous embarquer dans un univers cohérent et finalement plus fidèle qu’il n’y paraît à l’œuvre originale.

REGARTS.ORG

Le spectacle nous ramène à l’essentiel : qu'il en va de la vie comme d’une sonate jouée au piano : une alternance de mouvements et de rythmes qui reviennent en boucle, laissant entrevoir que nos vies ne sont qu’une poussière dans un grand tout. A ne surtout pas manquer. 

LE-CORYPHEE.COM

NOUVEAU HEROS

Simplicité et profondeur vont toujours de pair dans cette création où, sur un plateau quasi nu, un seul magnifique acteur, muni de poupées Barbie et de Playmobil, raconte grands mythes et petites histoires vraies. Jouissive subversion qui met la mythologie au service du documentaire, le héros musclé au service de la cause des femmes, et le théâtre au service du réel.

JUDITH SIBONY, LEMONDE.FR

Hercule, nouvelle figure du féminisme ? Original, drôle parfois, bouleversant. Et terriblement actuel, par un acteur redoutable de talent. Une écriture très actuelle, à la fois poétique et terriblement concrète. Une grande réussite.

CHRYSTEL CHABERT,

FRANCE TELEVISION CULTURE BOX

Une très séduisante petite forme. Une interprétation sur le fil, à la fois drôle et émouvante.

ERIC DEMEY,

LA TERRASSE

SODA

Un rythme haletant, un mille-feuille d'histoires qui se croisent et s'entremêlent comme à la télévision, et pourtant SODA, c'est un retour à l'essence du théâtre : pas de vidéo, pas de profusion d'images, les mots et le corps des acteurs sont tout. (…) SODA ça pétille et ça rend addict. C'est du remue-théâtre. On rêve déjà d'une saison 2.

DAVID BORNSTEIN, LE JOURNAL DE LA CULTURE, ARTE

C’est peut-être dans ce qui se voit le moins que réside la plus grande réussite de ce mélange des genres : cinq ans de travail pour une intrigue qui n’emprunte que rarement des chemins balisés, qui brouille les identités sur fond de mélange des origines, de milieux sociaux et d’orientations sexuelles, et pulvérise une conception figée des territoires (…) Côté réception, l’effet de plaisir télévisuel est bien palpable. (…) Les promesses d’un tel format sont nombreuses, tout autant que celles levées par l’incontestable talent de la compagnie.

ERIC DEMEY,

MOUVEMENTS.NET

SODA s’adresse tant à la stricte communauté théâtrale qui y reconnaîtra aisément les références des auteurs, mais aussi aux néophytes qui se gorgeront de plaisir face à ce genre ludique. (…) Le texte est d’une vivacité acide et le jeu des comédiens prouve que bientôt, SODA aura sa place dans la cour des grands.

AMELIE BLAUSTEIN NIDDAM, TOUTELACULTURE.COM

 
 

SPECTACLES

EN CRÉATION

IMG_8597_edited_edited.jpg
D_amour_et_d_eau_fraîche_-_Dossier_de_pr

DEUX VILLES

FANTÔMES

- 2018 -

UNE BELLE

INCONNUE

- 2019 -

D'AMOUR

ET D'EAU FRAÎCHE

- 2021 -

AU RÉPERTOIRE

2018_p001-page-001.jpg

DEFAITE DES MAÎTRES ET POSSESSEURS

- 2017 -

SWANN S'INCLINA POLIMENT

- 2017 -

A PROPOS

La compagnie franchement, tu a été fondée en 2005 par Nicolas Kerszenbaum.

Pourquoi

franchement, tu ?

 

En 2005, les blogs fleurissaient sur la toile ; de plus en plus d'inconnus ouvraient leur univers à qui voudrait les lire. Les commentaires se multipliaient au sein de ces blogs, et commençaient presque invariablement par la locution « franchement, tu » (suivi de « penses vraiment ça ? / es trop belle sur cette photo / me fais pitié », etc). D'où ce nom, franchement, tu, directement tiré d'un tic de langage numérique, permettant de parler d'un monde vécu à la première personne.

L'expérience vécue


Le travail de franchement, tu naît d'expériences vécues, et en déroule des problématiques plus larges. Ainsi des spectacles sur Grisélidis Réal (Le respect...), Jeanne Favret-Saada (Être affecté) ; ainsi aussi des projets développés par Kerszenbaum autour de ses propres temps de vie (une traversée de la France en ligne droite et à pied en 2009 pour Tout droit ; l'arpentage à sac à dos de chemins alpins du 18ème siècle, deux livres de Rousseau à la main, pour A l'intérieur et sous la peau).

La fiction fantastique

Ces expériences réelles ne sont néanmoins pas citées telles quelles : elles prennent la forme de fictions, souvent fantastiques, où les morts côtoient les vivants. Ainsi, SODA (2012) proposait en huit épisodes et douze heures de spectacle un tableau de la France contemporaine, pleine de précaires, de secrétaires d'états, d'arbres qui parlent et de revenants. Le lait et le miel (2014), inspiré par les trois mois passés par Kerszenbaum en Israël et en Cisjordanie, fait se rencontrer vivants et fantômes du conflit israélo-palestinien. Nouveau héros (2013) adapte le mythe d'Hercule en passant par les témoignages sur le rapport au genre qu'entretiennent une quinzaine d'habitants de Sevran.

Les prochains projets

De 2014 à 2019, Nicolas Kerszenbaum travaille à l'écriture de D'amour et d'eau fraîche, vaste fresque sur le capitalisme contemporain et ses avatars, à partir de 5 longs séjours en France et à l'étranger (USA, Thaïlande, Cuba, Afrique subsaharienne). L'histoire de la création d'un pays sans imposition pour riches expatriés au milieu de l''Afrique centrale, et l'écriture des récits nationaux sur lesquels sa présidence communique.

Parallèlement, en 2017, il adapte le roman d'anticipation de Vincent Message, Défaite des maîtres et possesseurs, et crée Swann s'inclina poliment, une variation autour d'Un amour de Swann de Marcel Proust.

En 2018, il crée avec l'auteur cubain Norge Espinosa Deux villes fantômes, une pièce bilingue sur les désirs de tourisme entre Paris et La Havane.

Pour les Tréteaux de France - CDN, en 2017, il écrit et met en scène Ping-Pong (ou de la vocation), une forme courte et légère, et collabore avec Robin Renucci pour le spectacle L'Enfance à l'oeuvre. En 2018, toujours pour les Tréteaux, il adapte Oblomov, de Gontcharov.

Les partenaires

franchement, tu est associée à la Manekine (Scène de pays d'Oise et d'Halatte, dans l'Oise), avec le soutien de la DRAC Hauts-de-France, de la région Hauts-de-France, du Conseil Départemental de l'Oise. Elle est également accompagnée par les Tréteaux de France - CDN.

Nicolas Kerszenbaum

Diplômé d'un double cursus d'Economie (ESSEC) et d'Études Théâtrales (maîtrise et DEA mentions TB), il est assistant à la mise en scène de Peter Sellars, des Mabou Mines (New York), de Christian Von Treskow (Wuppertal), d'Irène Bonnaud, de La revue Eclair.

Metteur en scène et auteur, il fonde en 2005 la compagnie franchement, tu, avec laquelle il monte une quinzaine de spectacles, lectures, performances. Son écriture scénique se développe à partir de ses expériences propres (une traversée de la France à pied, une saison passée dans des kibboutzim en Israël, des entretiens sur le rapport au genre en Seine-Saint-Denis, ou encore des années à travailler sur une plateforme d'assistance téléphonique) ; il adapte également des textes non théâtraux, romanesques (Grisélidis Réal, Vincent Message), poétiques (Luc Boltanski, Bernard Noël) ou théoriques (Jeanne Favret-Saada). Toujours, il donne à voir des personnages et des fictions.

Récemment, il a créé SODA – Soyons Oublieux des Désirs d'Autrui, une série théâtrale et musicale de 12 heures, jouée au TGP de St Denis et au Théâtre de l'Aquarium ; Le lait et le miel, autour de trois mois passés en Israël et en Cisjordanie (Festival Contre-courant à Avignon) ; Nouveau Héros, une relecture du mythe d'Hercule inspirée de témoignages sur le genre collectés à Sevran, et jouée 200 fois.

Il est lauréat 2015 de la Villa Médicis Hors les Murs de l'Institut Français pour son projet D'amour et d'eau fraîche. En 2016, il est lauréat d'Artcena - catégorie dramaturgies plurielles pour Swann s'inclina poliment

 

A VENIR

Une Belle Inconnue :

Dates en appartement

en Seine-Saint-Denis

nous contacter pour plus d'infos

Deux Villes Fantômes :

13 mars - La Manekine, Pont Sainte Maxence (DATE ANNULEE / CORONAVIRUS)

16 mars - Maison de la Culture d'Amiens

17 mars - Centre Léo Lagrange, Amiens

Attention : reprise des ateliers hebdomadaires à Pont Sainte Maxence le 19 mars

Mars

2020

Avril

Une Belle Inconnue :

Dates en appartement

en Seine-Saint-Denis, à Paris et dans l'Oise

nous contacter pour plus d'infos

Atelier autour du Maître du Haut-Château, de Philip K. Dick 

du 6 au 10 avril, CDN de Montreuil

D'amour et d'eau fraîche :

résidence d'écriture au 104, Paris

Ateliers et dîner à Pont Sainte Maxence

2020

 
 

CONTACT

Corinne Duguest - administration / Production / diffusion

Tel : 06 10 07 69 24  | administration@franchement-tu.com

Pour vous inscrire à notre newsletter, c'est juste là !

© 2018 par franchement, tu